Dossier spécial Noël : installer une cheminée chez soi

 

Avec l’hiver qui pointe le bout de son nez, et le froid qui revient, vous n’avez plus qu’une seule envie : vous blottir chez vous, bien au chaud. Et quoi de plus beau, romantique et réconfortant qu’une cheminée !

 

Installer une cheminée chez soi, tout ce qu’il faut savoir

 

Installer une cheminée est en effet possible dans toutes les maisons sans restrictions (hors Ile-de-France). Même dans votre maison neuve, et même s’il n’existe pas déjà de conduit ! Nous allons aborder dans cet article tout ce qu’il faut savoir pour installer une cheminée chez soi.

 

Les normes

Il existe de nombreuses normes applicables aux cheminées. Elles dépendent en partie de leur type : foyer ouvert, fermé et insert. Les normes de cheminée concernent également le conduit, la mise en œuvre ou encore le bois de chauffage. Il est donc essentiel de faire appel à un professionnel pour l’installation de votre cheminée ou poêle.

Le respect de ces normes est une condition essentielle pour être pris en charge par votre assureur en cas d’incidents ou d’incendie.

Voici une liste non exhaustive des principales normes à respecter  :

  • Les appareils doivent être étiquetés NF ou CE.
  • Le mur contre lequel votre cheminée ou votre poêle est adossé doit être isolé avec des panneaux de laine de roche.
  • Le sol sur lequel est installée la cheminée doit être incombustible.
  • Un caisson d’isolation en laine de roche est obligatoire au niveau de la hotte de votre cheminée.
  • La hotte doit être équipée de grilles de ventilation.
  • Le conduit de cheminée doit assurer un tirage suffisant, être étanche, résister à la corrosion et aux fortes températures. Mais aussi stable, droit, et être ramoné deux fois par an.

 

Les types de cheminée

 

Cheminée à foyer ouvert

La cheminée au bois à foyer ouvert est la cheminée traditionnelle la plus répandue. Le foyer de cheminée est constitué par une niche aménagée dans le mur et reliée à l’extérieur par un conduit par lequel s’évacuent les fumées.
Ses avantages sont : son esthétisme (des possibilités infinies de personnalisation), son réconfort et son cachet. C’est aussi un bon chauffage d’appoint.
Elle possède en revanche deux inconvénients majeurs : elle chauffe beaucoup moins que ses consœurs, et consommes beaucoup plus. Notez également que ce n’est pas la plus sécurisée, puisque le foyer est « ouvert », et qu’elle ne bénéficie pas d’un crédit d’impôt.

 

Cheminée à foyer fermé

Par opposition, la cheminée à foyer fermé dispose d’une vitre ou d’une porte qui ferme le foyer.
Elle s’est développée très fortement ces dernières années. En effet elle permet de concilier le plaisir de la cheminée traditionnelle (lorsque la porte est ouverte) et l’efficacité d’un insert (porte fermée, c’est un véritable appareil de chauffage).

Ses avantages sont les mêmes qu’une cheminée traditionnelle, à la différence que la cheminée à foyer fermé chauffe jusqu’à 7x plus et consomme moins ! Avec un distributeur de chaleur, elle peut servir de chauffage pour toute la maison. Le fait de pouvoir fermer la porte est également plus sécurisé. Notez que cette cheminée est éligible au crédit d’impôt (30% du prix d’achat).
Ses inconvénients est que le chantier est important, il faut nettoyer souvent la vitre, et certains modèles ne permettent pas d’ouvrir ou de retirer la porte. Elle est également plus chère qu’une cheminée traditionnelle.

 

L’insert

Les différences entre une cheminée à foyer fermé et un insert tiennent surtout à leur installation. L’insert pour cheminée s’installe dans une cheminée déjà existante. Il est conçu pour transformer un foyer ouvert en foyer fermé, vous permettant de passer de passer à un rendement élevé !
L’insert à un gros avantage : la chaleur ! C’est un vrai chauffage central, propre, sécurisé. Il bénéficie aussi du crédit d’impôt.
Néanmoins, deux inconvénients sont à noter : il est esthétiquement moins beau qu’une cheminée traditionnelle, puisque le foyer ne sera jamais ouvert, et dangereux si mal installé.

 

La pose d’une cheminée

 

Si vous ne possédez pas de conduit, le recours à un professionnel est obligatoire. Il faut premièrement vérifier s’il est possible d’en installer un à l’endroit que l’on a choisi. En effet, il y a des contraintes techniques à respecter : distance de sécurité au bois, obligation de dépasser le faîtage de 40 cm, contraintes de voisinage etc.
Un fumiste ou un cheministe pourra faire un diagnostic . Faites aussi passer un maçon qui déterminera si le mur est porteur ou non et quels sont les travaux envisageables pour l’abattre ou y encastrer une cheminée.

Une fois que tout est réglé, les travaux peuvent démarrer.
La première étape sera de sécuriser l’environnement du chantier en retirant, s’il y a, les matériaux inflammables des murs (papier peint, lambris…). Ils seront remplacés par des matériaux isolants. Le foyer sera également posé pour stabiliser le sol.
Viendra ensuite la grosse étape de la pose du conduit. Avec sa création, éventuellement son tubage, et la sortie.
Enfin la cheminée est raccordée.

 

Tarifs et crédit d’impôt

Le prix des cheminées varient fortement, notamment en fonction du modèle et du matériau.

  • A partir de 500 à 1000 € et jusqu’à 5 000 € ou plus selon le design.
  • Les cheminées à foyer fermé sont les plus chères, entre 1 000 et 5 000€.
  • Les inserts coûtent moins chers, entre 500 et 3 000€.
  • La pose par un professionnel coûte entre 500 et 1500€.
  • Le plus souvent, en achetant votre cheminée des services de pose vous sont proposés. Ne les négligez pas car ils peuvent vous faire économiser de l’argent.

 

Conditions du crédit d’impôt :

  • Seuls les inserts et cheminées à foyer fermé bénéficient d’un crédit d’impôt de 22 %  pour un nouvel appareil. En effet, ils sont considérés comme des chauffages, alors que la cheminée à foyer ouvert est considérée comme un élément de décoration.
  • Le crédit d’impôt s’applique sur le prix de la cheminée, pas sur la main d’oeuvre.
  • Le crédit d’impôt n’est possible que si vous passez par des professionnels.
  • La cheminée à foyer fermé ou l’insert doivent avoir un rendement entre 70 et 90% selon le modèle, et une concentration moyenne de monoxyde de carbone inférieure à 0,3 %.
  • Pas de conditions de ressources.
  • Les propriétaires, locataires et occupants à titre gratuit peuvent en bénéficier.

Cette liste n’est pas exhaustive, nous vous invitons à vous renseigner. 

 

Posted in accueil, Actualités and tagged , , , .